不确定性的困惑与NP理论分享 http://blog.sciencenet.cn/u/liuyu2205 平常心是道

博文

《如何建立信念?》 第二章 - 皮尔士

已有 1541 次阅读 2022-1-11 17:43 |个人分类:解读哥德尔不完全性定理|系统分类:科普集锦

推理的目的是通过研究已经知道的东西来发现其他未知的东西。因此,如果推理能够从为真的前提中得出为真的结论,那么它就是好的,否则就毫无价值。因此,推理的有效性纯粹是事实的问题,而不是观念的问题。A是前提,B是结论,问题是这些事实是否真的存在这样一种关系,即如果A为真,B就为真。如果是这样,推理是正确的;如果不是,则不正确。问题根本不在于,前提被思想接受后,我们是否也有接受结论的倾向。诚然,我们一般都会自然地进行正确的推理,但这在逻辑上只是一个意外。如果我们没有接受它的倾向,一个正确的结论将保持正确,而错误的结论将保持错误,即使我们无法抵制相信它的倾向。


毫无疑问,我们主要是合乎逻辑的动物,但我们并非完全如此。例如,我们中的大多数人天生就比逻辑学所能证明的更加乐观和充满希望。我们似乎是这样炼成的,在没有任何事实可循的情况下,我们是快乐和自我满足的;因此,经验的效果是不断地收缩我们的希望和愿望。然而,一生都在使用这种纠正措施,通常不会消除我们的乐观情绪。如果希望没有受到任何经验的制约,我们的乐观主义很可能是奢侈的。在实际问题上的逻辑性(如果这不是从旧的意义上理解,而是包括安全与推理成果的明智结合)是一个动物可以拥有的最有用的品质,因此,可能是自然选择作用的结果;但在这些之外,让他的头脑充满愉快和鼓舞人心的愿景,可能对动物更有利,而与真理无关;因此,在非实践性的问题上,自然选择可能导致谬误的思想倾向。


决定我们从给定的前提中得出一种结论而不是另一种结论的,是某种思维习惯,要么是先天的要么是后天的。这种思维习惯是好是坏,取决于它是否能引导我们从真实的前提中得出真实的结论。一个推理被认为有效或无效,不是根据它在一个特殊情况下结论的真假,而是根据决定它的思维习惯是否具有在一般情况下产生真实结论。导致这种或那种推论的特定思维习惯可以被表述为一个命题,其真理性取决于由该思维习惯决定的推论的有效性。支配这种或那种推理的特殊思维习惯可以用一个命题来表述,其真实性取决于该习惯所决定的推论的有效性;而这样的公式被称为推理的指导原则。例如,假设我们观察到一个旋转的铜盘在放在磁铁两极之间时很快就会静止下来,我们就会推断出每个铜盘都会发生这种情况。指导原则是,一块铜的情况对另一块也是如此。对铜来说,这样的指导原则比对许多其他物质--例如黄铜--来说要安全得多。


关于这些推理的最重要的指导原则,可以写一本书。我们承认,这本书也许对那些思想全部转向实际事物,并且沿着良好的路径开展活动的人没有用处。对这样的人来说,出现的问题是例行公事,人们在学习自己的专业时已经一劳永逸地学会了处理。但是,让一个人冒险进入一个不熟悉的领域,或者他的结果没有被经验不断纠正时,所有的历史表明,最强大的智力往往会失去方向,把他的努力浪费在不能使他更接近目标的方向上,甚至把他引入歧途。就像一艘在公海上的船,船上没有人了解航行规则。在这种情况下,对推理的指导原则进行概述性研究肯定是有益的。


然而,如果不首先限制,就很难处理这个问题,因为几乎任何事实都可以作为指导原则。但我们会发现,事实被分为两类:一类包括所有作为指导原则的绝对必要的事实;另一类包含所有作为研究对象提供某种其他兴趣的事实。这种区别存在于当人们问及某个结论是否来自于某些前提时,那些必然被认为是理所当然的的事实,以及那些在这种问题中没有被暗示的事实。稍微思考一下就会发现,只要提出这个逻辑问题,各种事实已经被假定。例如,它隐含着这样的事实:存在着怀疑和相信这样的心理状态从一个状态到另一个状态是可能的,思考的对象保持不变,而且这种过渡受制于一些规则,所有的思想都受到同样的约束。由于这些是我们在对推理有任何清晰的概念之前就必须知道的事实,所以不能认为探究它们的真假已经有很大的意义。另一方面,我们很容易相信,那些从推理过程的概念中推导出来的推理规则是最重要的;而且,事实上,只要推理符合这些规则,至少不会从真实的前提中得出错误的结论。实际上,从逻辑问题所涉及的假设中可以推导出的东西的重要性比想象的要大,而这是由于一开始就很难显示的原因。我唯一要提到的是,那些真正属于逻辑思考产物的概念,虽然不容易被看出来,却与我们的普通思维混杂在一起,并经常成为造成巨大混乱的原因。例如,质量的概念就属于这种情况。质量,就其本身而言,从来不是一个观察的对象。我们可以看到一个东西是蓝色或绿色的,但蓝色的质量和绿色的质量不是我们看到的东西;它们是逻辑操作的产物。事实是,常识,或者说思想,当它第一次出现在狭隘的实践水平之上时,就深深地被那种糟糕的逻辑品质所浸染,而形而上学这个词通常被用来形容这种品质;除了严格的逻辑纪律之外,没有什么可以清除它。


一,英语原文


The object of reasoning is to find out, from the consideration of what we already know, something else which we do not know. Consequently, reasoning is good if it be such as to give a true conclusion from true premisses, and not otherwise. Thus, the question of validity is purely one of fact and not of thinking. A being the facts stated in the premisses and B being that concluded, the question is, whether these facts are really so related that if A were B would generally be. If so, the inference is valid; if not, not. It is not in the least the question whether, when the premisses are accepted by the mind, we feel an impulse to accept the conclusion also. It is true that we do generally reason correctly by nature. But that is an accident; the true conclusion would remain true if we had no impulse to accept it; and the false one would remain false, though we could not resist the tendency to believe in it.


We are, doubtless, in the main logical animals, but we are not perfectly so. Most of us, for example, are naturally more sanguine and hopeful than logic would justify. We seem to be so constituted that in the absence of any facts to go upon we are happy and self-satisfied; so that the effect of experience is continually to contract our hopes and aspirations. Yet a lifetime of the application of this corrective does not usually eradicate our sanguine disposition. Where hope is unchecked by any experience, it is likely that our optimism is extravagant. Logicality in regard to practical matters (if this be understood, not in the old sense, but as consisting in a wise union of security with fruitfulness of reasoning) is the most useful quality an animal can possess, and might, therefore, result from the action of natural selection; but outside of these it is probably of more advantage to the animal to have his mind filled with pleasing and encouraging visions, independently of their truth; and thus, upon unpractical subjects, natural selection might occasion a fallacious tendency of thought.


That which determines us, from given premisses, to draw one inference rather than another, is some habit of mind, whether it be constitutional or acquired. The habit is good or otherwise, according as it produces true conclusions from true premisses or not; and an inference is regarded as valid or not, without reference to the truth or falsity of its conclusion specially, but according as the habit which determines it is such as to produce true conclusions in general or not. The particular habit of mind which governs this or that inference may be formulated in a proposition whose truth depends on the validity of the inferences which the habit determines; and such a formula is called a guiding principle of inference. Suppose, for example, that we observe that a rotating disk of copper quickly comes to rest when placed between the poles of a magnet, and we infer that this will happen with every disk of copper. The guiding principle is, that what is true of one piece of copper is true of another. Such a guiding principle with regard to copper would be much safer than with regard to many other substances -- brass, for example.


A book might be written to signalize all the most important of these guiding principles of reasoning. It would probably be, we must confess, of no service to a person whose thought is directed wholly to practical subjects, and whose activity moves along thoroughly-beaten paths. The problems that present themselves to such a mind are matters of routine which he has learned once for all to handle in learning his business. But let a man venture into an unfamiliar field, or where his results are not continually checked by experience, and all history shows that the most masculine intellect will ofttimes lose his orientation and waste his efforts in directions which bring him no nearer to his goal, or even carry him entirely astray. He is like a ship in the open sea, with no one on board who understands the rules of navigation. And in such a case some general study of the guiding principles of reasoning would be sure to be found useful.


The subject could hardly be treated, however, without being first limited; since almost any fact may serve as a guiding principle. But it so happens that there exists a division among facts, such that in one class are all those which are absolutely essential as guiding principles, while in the others are all which have any other interest as objects of research. This division is between those which are necessarily taken for granted in asking why a certain conclusion is thought to follow from certain premisses, and those which are not implied in such a question. A moment's thought will show that a variety of facts are already assumed when the logical question is first asked. It is implied, for instance, that there are such states of mind as doubt and belief -- that a passage from one to the other is possible, the object of thought remaining the same, and that this transition is subject to some rules by which all minds are alike bound. As these are facts which we must already know before we can have any clear conception of reasoning at all, it cannot be supposed to be any longer of much interest to inquire into their truth or falsity. On the other hand, it is easy to believe that those rules of reasoning which are deduced from the very idea of the process are the ones which are the most essential; and, indeed, that so long as it conforms to these it will, at least, not lead to false conclusions from true premisses. In point of fact, the importance of what may be deduced from the assumptions involved in the logical question turns out to be greater than might be supposed, and this for reasons which it is difficult to exhibit at the outset. The only one which I shall here mention is, that conceptions which are really products of logical reflection, without being readily seen to be so, mingle with our ordinary thoughts, and are frequently the causes of great confusion. This is the case, for example, with the conception of quality. A quality, as such, is never an object of observation. We can see that a thing is blue or green, but the quality of being blue and the quality of being green are not things which we see; they are products of logical reflections. The truth is, that common-sense, or thought as it first emerges above the level of the narrowly practical, is deeply imbued with that bad logical quality to which the epithet metaphysical is commonly applied; and nothing can clear it up but a severe course of logic.


二,法语译文


Le but du raisonnement est de découvrir par l'examen de ce qu'on sait déjà quelque autre chose qu'on ne sait pas encore. Par conséquent, le raisonnement est bon s'il est tel qu'il puisse donner une conclusion vraie tirée de prémisses vraies ; autrement, il ne vaut rien. Sa validité est donc ainsi purement une question de fait et non [556] d'idée. A étant les prémisses, et B la conclusion, la question consiste à. savoir si ces faits sont réellement dans un rapport tel, que si A est, B est. Si oui, l'inférence est juste ; si non, non. La question n'est pas du tout de s avoir si, les prémisses étant accepté es par l'esprit, nous avons une propension à accepter aussi la conclusion. Il est vrai qu'en général nous raisonnons juste naturellement. Mais ceci n'est logiquement qu'un accident. Une conclusion vraie resterait vraie si nous n'avions aucune propension à l’acc epter, et la fausse resterait fausse, bien que nous ne pussions résister à la tendance d'y croire.


Certainement, l'homme est, somme toute, un être logique ; mais il ne l'est pas complètement. Par exemple, nous sommes pour la plupart portés à la confiance et à l'espoir, plus que la logique ne nous y autorise rait. Nous semblons faits de telle sorte que, en l'absence de tout fait sur lequel nous appuyer, nous sommes heureux et satisfaits de nous-mêmes ; en sorte que l’expérience a pour effet de contredire sans cesse nos espérances et nos aspirations. Cependant l'application de ce correctif durant toute une vie ne déracine pas ordinairement cette disposition à la confiance. Quand l'espoir n'est entamé par aucune expérience, il est vraisemblable que cet optimisme e st extravagant. L'esprit de logique dans les choses pratiques est une des plus utiles qualités que puisse posséder un être vivant, et peut, par conséquent, être un résultat de l'action de la sélection naturelle. Mais, les choses pra tiques mises à part, il est probablement plus avantageux à l'être vivant d'avoir l’esprit plein de visions agréables et encourageantes, quelle qu'en soit d'ailleurs la vérité. Donc, sur les sujets non pratiques, la sélection naturelle peut produire une tendance d'esprit décevante.


Ce qui nous détermine à tirer de prémisses données une conséquence plutôt qu'une autre est une certaine habitude d’esprit, soit constitutionnelle, soit acquise. Cette habitude d'esprit est bonne ou ne l'est pas, suivant qu'elle porte ou non à tirer des conclusions vraies de prémisses vraies. Une inférence est considérée comme bonne ou mauvaise, non point d'après la vérité ou la fausseté de ses conclusions dans un cas spécial, mais suivant que l’habitude d'esprit qui la détermine est ou non de nature à donner en général de s conclusions vraies. L'habitude particulière d’esprit qui conduit à telle ou telle inférence peut se formuler en une proposition dont la vérité dépend de la validité des inférence s déterminées par cette habitude d'esprit. Une semblable formule est appelée principe directeur d'inférence. Supposons, par exemple, qu'on observe qu'un disque de cuivre en rotation vient promptement à s'arrêter quand [557] on le place entre les deux pôles d'un aimant et que nous inférions que ceci arrivera à tous les disques de cuivre. Le principe directeur est ici que ce qui est vrai d'un morceau de cuivre est vrai d'un autre. Ce principe directeur serait plus valide appliqué au cuivre qu'à toute autre substance, le bronze par exemple.


On pourrait faire un livre pour relever les plus importants de ces principes directeurs du raisonnement. Ce livre, nous l'avouons, ne serait peut-être d'aucune utilité aux personnes dont toutes les pensées sont tournées vers les choses pratiques et dont l'activité se déploie dans des sentiers tout à fait battus. Les problèmes qui s'offrent à de tels esprits sont affaires de routine qu'on a, une fois pour toutes, appris à traiter en apprenant sa profession. Mais qu'un homme s'aventure sur un terrain qui ne lui est pas familier ou sur lequel les résultats de ses raisonnements ne sont pas sans cesse corrigés par l'expérience, l'histoire tout entière montre que la plus virile intelligence sera souvent désorientée et gaspillera ses efforts dans des directions qui ne la rapprocheront pas du but, qui même l'entraîneront d'un côté tout opposé. C'est comme un navire en pleine mer et à bord duquel personne ne connaît les règles de la navigation. En pareil cas, une étude sommaire des principes directeurs du raisonnement serait certainement utile.


Le sujet, toutefois, pourrait à peine se traiter s'il n'était d'abord limité, car presque tout fait peut servir de principe directeur. Mais les faits se trouveront être divisés en deux classes : l'une comprend tous ceux qui sont absolument essentiels comme principes directeurs ; l'autre renferme tous ceux qui offrent un autre genre quelconque d'intérêt comme objet d'investigation. Cette distinction existe entre les faits qui sont nécessairement considéré s comme admis lorsqu'on demande si certaine conclusion découle de certaines prémisses, et ceux dont l'existence n'est pas impliquée pa r cette question. Un instant de réflexion fera voir qu'une certaine catégorie de faits est admise dès qu'on pose cette question logique. Il est implicitement entendu, par exemple, qu'il existe des états d'esprit tels que le doute et la croyance ; que le passage est possible de l'un à l'autre, l'objet de la pensée restant le même, et que cette transition est soumise à des règles qui gouvernent toutes les intelligences. Comme ce sont là des faits que nous devons déjà connaître, avant de pouvoir posséder la moindre conception claire du raisonnement, on ne peut supposer qu’il puisse y avoir encore grand intérêt à en rechercher l'exactitude et la fausseté. D'autre part, il est facile de croire que les règles les plus essentielles du raisonnement sont celles qui se déduisent de la notion même de ce procédé, et, tant que le raisonnement s'y [558] conformera, il est certain que, pour le moins, il ne tirera point des conclusions fausses de prémisses vraies. En réalité, l'importance des faits qu'on peut déduire des postulats impliqués dans une question logique se trouve être plus grande qu'on ne l'eût supposé, et cela pour des raisons qu'il est difficile de faire voir au début de notre étude . La seule que je me bornerai à mentionner est que des concepts qui sont en réalité des produits d'une opération de logique, sans qu’ils paraissent tels au premier abord, se mêlent à nos pensées ordinaires et causent fréquemment de grandes confusions. C'est ce qui a lieu, par exemple, avec le concept de qualité. Une qualité prise en elle-même n'est jamais connue par l'observation. On peut voir qu'un objet est bleu ou vert, mais la qualité bleu ou la qualité vert ne sont point choses qu'on voit, ce sont les produits d'une opération de logique. La vérité est que le sens commun, c'est-à-dire la pensée quand elle commence à s'élever au-dessus du niveau de la pratique étroite, est profondément imprégné de cette facheuse qualité logique à laquelle on applique communément le nom d’esprit métaphysique. Rien ne peut l'en débarrasser, sinon une bonne discipline logique.




https://blog.sciencenet.cn/blog-2322490-1320578.html

上一篇:《如何建立信念?》 第一章 - 皮尔士
下一篇:《如何建立信念?》 第三章 - 皮尔士

1 杨正瓴

该博文允许注册用户评论 请点击登录 评论 (0 个评论)

数据加载中...

Archiver|手机版|科学网 ( 京ICP备07017567号-12 )

GMT+8, 2022-5-19 01:23

Powered by ScienceNet.cn

Copyright © 2007- 中国科学报社

返回顶部